encart%20publicitaire_edited.jpg

"Etre femme, arbitre et footballeuse", avec Aurélie Viarouge (Arbitre Super Ligue) - Partie 2

Mis à jour : mars 11



La semaine dernière, lors de la première partie de notre entretien, Aurélie nous avait fait le plaisir de revenir sur ses origines aveyronnaises, et sur son investissement dans l'arbitrage calédonien, elle qui est arbitre Fédéral. Pour cette deuxième partie, nous allons aborder avec elle sa vision du football féminin calédonien. Elle qui est depuis l'an dernier joueuse de l'ASAF et qui, il y a quelques années, a évolué en 3ème Division Française.



Aurélie, lors de la première partie de notre entretien, nous nous sommes concentrés sur ton investissement pour l'arbitrage calédonien, mais tu es joueuse également !

Bonjour Bastien, oui effectivement. J'ai repris en début d'année dernière avec l'ASAF. Au départ, c'était plus pour m'entretenir physiquement que je participais aux entrainements. Puis, vu la bonne ambiance, le sérieux et tout l'encadrement mis en place, sur et aussi en dehors du terrain, j'ai suivi la dynamique.


Tu jouais déjà en métropole ?

Oui, ça n'est plus très récent, mais en métropole je jouais pour le club de Rodez. A l'époque, on évoluait au 3ème niveau national. Le club avait même fini par montée dans l'élite du football français, quelques saisons. Mais tout ça, c'était il y a bien longtemps, presque 20 ans. Ca ne me rajeunit pas ! (rire)


Aurélie et l'ASAF, championnes de la Coupe du Comité Provincial Sud de Football l'an dernier


Depuis 5 ans, tu as pu observer un peu l'évolution du football féminin sur le Territoire, que penses tu de son niveau ?

Je pense honnêtement qu'il y a un réel potentiel. Ici, on voit les filles de tout âge jouer en tribu, avec les garçons, sur les plages.. Ca ne peut que amener des joueuses de qualité. Il y en a d'ailleurs quelques-unes qui ont déjà gouté au football métropolitain à un bon niveau. Ce n'est pas un hasard. Maintenant, il faut réussir à faire fructifier ce potentiel, notamment en insistant sur un encadrement qualifié, et un suivi régulier.


Justement, malgré des efforts fédéraux assez importants, on a l'impression que le football féminin a connu une légère perte de vitesse ces derniers mois. Qu'en penses tu ?

C'est vrai que l'évolution du football féminin ces derniers temps se fait un peu à deux vitesses. Avec d'un côté, la création d'une Académie de Football Féminin Fédérale, grâce aux aides de la FIFA, qui est une chance énorme et un excellent outil de travail pour faire progresser le football féminin sur le Territoire. Mais, d'un autre côté, la diminution du nombre de clubs engagés dans les compétitions. Or la compétition, l'adversité, il n'y a rien de mieux pour progresser dans le football. A mon avis, l'investissement dans un format académique peut être une bonne chose, mais le même investissement au niveau des clubs pourrait être souhaitable, car sinon, sans match le week-end, j'ai peur que tout ça ne soit pas aussi productif qu'espéré.


Que ce soit à l'ASAF ou ailleurs, le football féminin a de l'avenir en Calédonie. Il ne reste plus qu'à croire en lui !


Si tu devais t'avancer, quelle idée proposerais tu pour aider au développement du football féminin sur le Territoire ?

Ca n'est que mon avis. Mais, si on veut que le football féminin progresse en Calédonie, il faut probablement inciter les clubs de Super Ligue à s'investir un peu dans le football féminin, en ayant, par exemple, des avantages à présenter une équipe féminine. Bien évidemment, ça prendra du temps à s'installer et ce n'est pas une chose facile, j'en suis bien consciente, mais ça ne pourrait qu'aider le football féminin. Car, j'en suis certaine, que ce soit à Hienghène, Lifou, Koné, ou encore Thio, il doit y avoir du potentiel et des filles qui aimeraient jouer au football en club. Mais, malheureusement, n'ayant pas de structures proches de chez elles, elles n'ont pas cette possibilité. A terme, on pourrait imaginer, comme pour les garçons, une Super Ligue Féminine, et pourquoi pas une Ligue des Champions Océaniennes.


C'est effectivement une idée à réfléchir. Pour finir, comme dit en préambule, tu vas malheureusement quitter définitivement le territoire en juillet. Même si ce n'est pas une question évidente, que retiendras tu de ton séjour sur le caillou ?

Effectivement, ça n'est pas la question la plus facile ! (rire) J'aurais tellement de choses à dire, à travers toutes les rencontres humaines et moments vécus ici, sur et en dehors des pelouses. J'ai vraiment été très bien accueillie, avec beaucoup de respect, et de valeurs humaines et morales, que je partage depuis toujours. Je tiens d'ailleurs à remercier tous les acteurs du foot pour ces échanges simples mais vrais. Je citerai à nouveau bien évidement mes deux acolytes du carré vert, Marius (Gaicoin) et Rycko (Pougin). Enfin, il me reste encore quelques mois à vivre ici, je vais donc essayer d'en profiter un maximum. Je souhaite d'ailleurs un bon début de saison à tous et à toutes, en ne perdant pas de vue que l'essentiel, sur un terrain, ca reste de prendre du plaisir !


Super. Merci Aurélie pour ces superbes paroles. Comme tu as pu le dire, on te souhaite sincèrement de profiter un maximum de tes derniers moments en Calédonie.

Merci Bastien, et encore merci pour ce que tu fais avec FOOTNC, c'est génial. Ca donne encore plus de vie au football calédonien.


Aurélie gardera beaucoup de souvenirs de son séjour sur le caillou. Et les sourires ne seront sûrement pas la dernière chose !



Lien vers la 1ère Partie de l'Interview d'Aurélie : "Etre femme, arbitre et footballeuse", avec Aurélie Viarouge (Arbitre Super Ligue) - Partie 1 (foot-nc.com)

220 vues