encart%20publicitaire_edited.jpg

Interview : ATTALE HERRENSCHMIDT (Analyste Vidéo AJ Auxerre - Ligue 1) proche d'atteindre son rêve !


"Toujours croire en ses rêves", voici la devise qui colle aux mieux à Attale Herrenschmidt, jeune calédonien de 21 ans, passionné de football, qui n'a qu'un rêve depuis toujours : intégrer le monde du football professionnel. Et comme "il ne suffit pas de rêver", Attale, qui a grandi entre Nouméa et Kumo (District de Wetr), a su saisir toutes les opportunités qui s'offraient à lui pour arriver à ses faims. Très accessible, il nous a fait le plaisir de recevoir un de nos collaborateur FOOTNC, Vincent Rosso, afin d'évoquer son parcours plein d'abnégation.


 

Bonjour Attale, peux tu te présenter un peu aux lecteurs de FOOTNC ?

Bonjour FOOTNC et bonjour à tous. Je suis Attale Herrenschmidt, j’ai 21 ans, et je suis un jeune calédonien qui a grandi entre Nouméa et la tribu de Kumo, dans le district de Wetr. Je fais du football depuis l'âge de 10 ans, et j'ai toujours eu qu'un rêve : faire partie du monde du football professionnel. Après avoir été joueur à l'Olympique de Nouméa, puis à l'AS Magenta, je me suis investis dans le coaching, à mes 16 ans, avec les catégories de jeunes de l’Olympique Nouméa tout d'abord, puis avec les U18 Fédéraux de l’AS Wetr ensuite. A 18 ans, je suis parti en métropole pour réaliser diverses formations en lien avec le football. Aujourd'hui, trois ans après mon arrivée en Métropole, je viens d'intégrer le centre de formation de l’AJ Auxerre (Ligue 1), en tant que stagiaire analyste vidéo.


A l'Olympique ou à Wetr, Attale avait commencé à faire ses preuves sur le Territoire


Tu touches donc là ton rêve du monde du football professionnel. Quelles formations as tu réalisé pour en arriver là ? Comment as tu trouvé ses formations depuis la Calédonie ?

Mon rêve depuis tout jeune est de travailler dans le monde du football, j'ai donc logiquement chercher toute les formations possible dans ce domaine, en Calédonie et ailleurs. Malheureusement, en Calédonie, il y a peu d'opportunités dans ce domaine là. A mes 18 ans, avec l’aide de mes parents, j’ai donc décidé de quitter l’ile. J'ai d’abord fait un Diplôme Universitaire sur deux ans (appelé DEUST), à Montpellier. Ce diplôme était centré sur le football professionnel, et il se faisait en lien avec le club professionnel du Montpellier Hérault Football Club (Ligue 1). J'ai ensuite fait un an de Licence professionnelle sur la "gestion des structures sportives". Et enfin, pour maximiser mes chances de réussite, je viens d’intégrer un Diplôme Universitaire en Analyste Vidéo dans le football. Au cours de ce Diplôme, je travaillerais pour l'AJ Auxerre donc, où je suis en charge de toutes les analyses vidéos qui peuvent se faire en lien avec le centre de Formation de l'AJ ’Auxerre.


En quoi consiste ce métier d'"Analyste Vidéo" dans le football ?

Le rôle d’un analyste vidéo est d'analyser et coder les match de son équipe, voir des équipes adverses, de voir les erreurs et ce qui a été fait de bien. Une fois que le montage est réalisé, je l’envoie au coach qui adaptera ou non ses tactiques et son plan de jeu. Je suis un appui quotidien pour le staff technique. Aujourd'hui, on essaie d'avoir le moins d'inconnu possible dans le football, d'être très pointu, ce domaine de l'analyse vidéo deviens donc incontournable. C'est par ailleurs assez gratifiant, car on se sent très utile dans la performance de l'équipe.


Analyste Vidéo, un métier de pointe


Tu entames aujourd'hui ta 4ème année en France. Tu as eu l'occasion de côtoyer des structures professionnelles à Montpellier et aujourd'hui à Auxerre. Quelles comparaisons fais tu entre le football en Métropole et celui de notre Calédonie ?

Le football métropolitain, c’est un football très réfléchis. Il englobe tous les aspects du jeu : tactique, technique et mental. Chaque joueur a un rôle précis dans une équipe et ce rôle il le connait par coeur et le respecte a 100%. C’est une chose qu’on a du mal a faire chez nous malheureusement. Notre football est moins perfectionniste, il est plus spontané, moins codifié. Ces aspects de perfectionnement vont arriver sur le Territoire calédonien, mais c'est vrai que ça prend du temps. Ca serait très bénéfique en tout cas, car nous avons un réel potentiel avec de nombreux joueurs qui ont des qualités physiques et techniques, mais qui manquent peut-être de plus de cadre et de rigueur.


Au moins c'est honnête, et on ne peut que t'en remercier. As tu un petit mot à donner pour la fin ?

Oui bien sûre. Le football Calédonien a son identité et malgré les progrès qu’il reste à y faire, on est tous fiers d'en faire partie et de ce qu’il nous apporte. Je tiens d'ailleurs à saluer tous les clubs du Territoire, toutes les institutions, tous les bénévoles et éducateurs du pays qui nous rendent fier, qui aident nos jeunes à progresser et à grandir. Bon courage à tous.


Attale a pris ses fonctions au sein de l'AJ Auxerre


37 vues