encart%20publicitaire_edited.jpg

Interview - " Didier Simane, La Dolce Vita brisée " - PARTIE 2

Mis à jour : 8 nov. 2020




La semaine passée, Didier avait eu la gentillesse de revenir pour nous sur son aventure italienne, qui l'avait vu toucher du bout des doigts son rêve de gosse : devenir footballeur professionnel. Pour cette 2ème partie, Didier a la sympathie d'aborder avec nous l'actualité du football Calédonien : la Sélection, son club et la vision qu'il a du football local. Des paroles toujours aussi riches en enseignements !




Didier, tu nous racontais précédemment la fin de ton aventure italienne, et le choix (difficile) que tu avais fait en décidant de ne pas repartir en Europe. Tout ça aura tout de même été une formidable aventure pour toi. Quels sont les plus beaux souvenirs que tu en gardes ?

Bien, déjà, mon premier contrat signé dans le foot ! Ce n'est pas rien, ce sont des émotions énormes. On a l'impression que l'on voit ça qu'à la télé ou dans les journaux, alors qu'en ça nous arrive, c'est vraiment particulier. Même si, bien sûre, ca n'aura, au final, duré que 9 mois. Il y a, aussi, le fait d'avoir pu aller voir, "pour de vrai", des matchs avec des joueurs fantastiques ! Les Francesco Totti, Paul Pogba, on est pas prêt de les voir nous, ici, en Calédonie ! (rire)


(rire) Ah oui, non, effectivement, tu peux toujours attendre ! Et au niveau du football, qu'à tu appris là-bas ?

Tellement de choses ! Le physique, le pressing, la tactique.. Ce n'est pas un mythe, ils sont vraiment à fond dans la tactique en Italie. On la travaillait tous les jours ! Une chose qui m'avait d'ailleurs bien marqué, c'est que pour travailler le pressing collectif, ils nous attachaient entre nous avec une longue corde. Ca nous apprenait à ne pas faire le pressing n'importe comment, à toujours se déplacer en bloc. Ça fait un peu bizarre au début, mais ça paie en match !


Intéressant ! Tu penses que ça manque ce travail de la tactique en Calédonie ?

Non, on la travaille ! Après, on la travaille peut-être tardivement, surtout quand on arrive en séniors. Ca met donc plus de temps à rentrer. Mais, c'est certain que la discipline c'est un axe sur lequel on peut progresser nous, ici, en Calédonie.


En Sélection aussi tu penses ? Que vous manque-t-il pour réussir à faire comme les jeunes et atteindre une compétition internationale ?

Honnêtement, pour la Sélection, c'est pas évident. J'ai l'impression qu'on a vraiment tout ce qu'il nous faut. On a une belle équipe ! Mais il doit probablement nous manquer un petit quelque chose. C'est peut-être encore plus de rigueur, de discipline, effectivement.


Pour ce qui concerne la Sélection, Thierry Sardo est parti, as tu des nouvelles sur le nom de son remplaçant ?

Non, je n'ai pas d'infos. Personnellement, mon dernier match avec la Sélection Calédonienne remonte à la Finale des Jeux du Pacifique à Samoa, contre la Nouvelle-Zélande. Je pense qu'on a tous hâte de regoûter à ces matchs internationaux, qui sont vraiment des matchs de haut niveau, avec beaucoup d'intensité. Mais bon, faut pas rêver, je pense qu'il va falloir attendre encore un peu avec le Coronavirus ! (rire)


Didier et ses coéquipiers de la Sélection espèrent pouvoir rapidement retrouver le chemin de la compétition.


(rire) Oui effectivement, c'est possible ! Ca vous laisse, au moins, le temps de vous concentrer sur les compétitions locales. Comment analyses tu votre début de Championnat avec l'AS Magenta?

On a eu un début de saison un peu compliqué. Heureusement, on gagne beaucoup de points dans les derniers quarts d'heure des matchs. C'est la preuve que la mentalité est là en tout cas ! Le titre reste toujours notre objectif, comme de nombreux clubs cette année, donc c'est intéressant. Après, on est qu'au tiers du championnat, il peut donc se passer encore beaucoup de chose.


Vous avez un secteur en particulier à améliorer selon toi avec Magenta ?

Honnêtement, je ne sais pas trop. Je laisse le coach analyser ça. Après, si je devais donner mon avis, je dirais qu'il faut qu'on s'améliore dans un peu tous les secteurs, et notamment ceux du physique et du placement. Mais, c'est pas forcément évident ces temps-ci. Quand t'enchaînes pas les matchs, c'est plus compliqué d'être dans le rythme et d'avoir des repères collectifs.


Merci pour cette analyse. Prenons un peu de recul maintenant. Didier, si tu devais nous donner ton meilleur souvenir sur les terrains, tu nous dirais quoi ?

Houla, pas évident de choisir ! Y a bien sûre eu la Finale de Coupe de Calédonie avec Qanono en 2013. J'étais jeune, c'était une fierté d'y participer, et de représenter sa tribu ! Ma première victoire en Coupe, avec l'AS Magenta, restera aussi un bon souvenir. La Finale de la O'League, contre Hienghène, était très particulière également. Même si on finit par perdre, et il faut bien qu'il y ait un perdant, je n'avais jamais vu le Stade Numa Daly aussi plein ! Enfin, comme dit précédemment, les matchs avec la Sélection Calédonienne ont un goût vraiment spécial. C'est toujours top de pouvoir défendre les couleurs du pays, et de côtoyer les meilleurs joueurs calédoniens !


Malgré la déception finale, la Finale de O'League de 2019 restera un grand moment pour ce groupe de Magenta.


Que de bons moment effectivement ! Didier, pour finir, il faut que tu nous aides. (ton grave) Imaginons, demain, qu'il y ait des touristes italien(ne)s qui débarquent en Calédonie. (on peut toujours rêver !)

Comment fait-on pour se présenter?

Facile, "Buongiorno, mi chiamo Didier !"


Ahah, super. Et, attention tu bluffes pas, hein ? Je vais aller vérifier sur "Google traduction" après !

Ahah, non t'inquiète (rire)


Ok, on continue. On sait jamais que le jeune touriste italien joue au foot, comment tu dirais "Fais la passe !"

"Fare il passagio !"


Parfait. Ok, allez, une petite dernière! Pour les dragueurs ! Comment dit-on : "Tu es très jolie!"

"Sei molto carino !" (rire+++)


Ahah, on sent que ça sent le vécu ça ! Merci encore pour tout en tout cas Didier. Merci d'être revenu sur ton passage en Italie, et de nous avoir donné ton avis sur l'actualité du football calédonien, c'était vraiment super intéressant !

Pas de souci, c'était avec grand plaisir. Merci à toi pour l'interview et un grand bonjour à tout le monde !



Didier SIMANE

Né le 3 aout 1996 (24 ans)

Originaire Tribu de Qanono - Lifou

Métier : Chauffeur Poids Lourd

Situation : Célibataire +++ ("il faut profiter de la vie" nous a-t-il dit ! rire)

Poste : Milieu de terrain axial

Clubs : AS Qanono, SNI Decize (France), Guilianova (Série C, Italie), FC Gaitcha, AS Magenta. Sélection Calédonienne.



Didier ne sait pas ce qu'il a perdu en Europe, par contre il sait ce qu'il a retrouvé ici : une Famille !


297 vues