encart%20publicitaire_edited.jpg

Interview FOOTNC : Kevin MENIELLE (coach U18 AS Mont-Dore - Champion U18 Fédéral 2022)


Kevin Menielle est un exemple pour les jeunes coachs calédoniens, ou du moins il doit l'être. A l'été 2020, il y a 2 saisons, alors que les U18 de l'AS Mont-Dore viennent d'être champion, Kevin Menielle débarque de l'Olympique de Nouméa, alors que Patrick Diaike honoré de ce titre en U18 Fédéral se voit lui confier les rennes de l'équipe fanion des rouges et noirs. Avec le départ de nombreux joueurs cadres vers l'équipe séniors (Aldo Teouvet, Tyeou Boano, Loan Richard, Ekson Ajapunhya..), la tâche paraissait plus qu'ardue pour celui qui avait façonné les années précédentes une équipe de l'Olympique capable de rêver à une possible accession en Super Ligue. Après deux années de travail, Kevin Menielle a replacé samedi dernier à nouveau les U18 de l'AS Mont-Dore sur la plus haute marche du championnat élite U18 calédonien, compétition par ailleurs de plus en plus compétitive. FOOTNC a souhaité lui rendre hommage, et ce ne pouvait être personne d'autre que Jaïs Waheo, reporter FOOTNC s'étant investi tout au long de l'année pour cette catégorie U18, qui pouvait partir à sa rencontre.



 

Kevin, tout d'abord, félicitations pour le titre. Peux-tu te présenter ?

Bonjour à tous. Pour faire simple, Kévin Ménielle, 35 ans, entraineur des U18 au Mont-Dore depuis 2 ans. J’ai par ailleurs eu le BMF la saison dernière par le biais des formations proposés par la Fédération Calédoniennes de Football. Avant d'arriver à l'AS Mont-Dore, j’étais auparavant à l’Olympique de Nouméa.


Pour parler un peu de tes "origines", où as-tu débuté le foot ?

Au CAFC Pérrone en Picardie, il y a déjà "quelques" années (rire), et comme beaucoup de jeunes aujourd'hui, j’ai fait mes classes en Section Sport Etudes.


Pour revenir à l'actualité, de quoi es-tu le plus satisfait à travers ce titre de champion Fédéral U18 ?

Surtout, et avant tout, du travail des garçons. En tant qu’éducateur, je suis venu avec un projet de jeu qu’on a essayé de mettre en place depuis deux ans maintenant. Mon rôle c’était de semer cette petite graine dans leur tête en essayant de leur faire comprendre que ce projet de jeu nous permettrais d'aller à nouveau chercher un titres. Ca s’est prouvé, et je suis satisfait qu’ils aient pu nourrir eux-mêmes ce projet de jeu. Satisfait aussi d'avoir pu faire participer 18 à 24 joueurs au projet, et d'avoir pu remplacer n’importe quel joueur et que la performance soit de même qualité.



2020, 2022, deux générations de U18 à l'AS Mont-Dore, une même prouesse


Tu es donc un de ces entraineurs qui place le collectif avec les qualités individuelles, c'est ça?

C’est une discussion que j'ai effectivement eu avec certains de mes joueurs. Avant les exploits individuels, on privilégie un jeu de conservation, en alternant parfois avec des attaques rapides. De ma vision des choses, ce n’est pas les individualités qui ont fait la différence, mais ce projet "collectif", où on joue au ballon et où on ne balance pas le ballon n'importe où.


Tout n'est jamais rose sur une saison. As tu eu tout de même des regrets ? des remarques ?

Non pas grand-chose honnêtement, à part peut-être le cadre fédéral, où l’absence d’arbitre nous a parfois joué des tours. Je pense qu'on doit faire mieux à ce niveau, dans l’intérêt des joueurs qui sont amenés à évoluer prochainement en Super Ligue. Autrement, si on veut être perfectionniste, au niveau de mon groupe, peut-être le regret aussi de ne pas avoir marqué assez de buts pour un champion.


Quel regard portes tu sur la mise en place de cette compétition fédérale U18 ?

Un regard assez positif. On a pu voir cette année des équipes se battre chaque week-end. Que ce soit Ne drehu, Païta, Lössi, où même Magenta, qui est actuellement 8ème, toutes les équipes ont été de bon niveau. Ca permet à chaque éducateur d'avoir de la matière à travailler pour faire progresser tactiquement et techniquement les joueurs. Non, sincèrement, je félicite la Fédération, mais aussi mes autres collègues éducateurs pour ce niveau élevé de la compétition, qui permet de préparer les joueurs à évoluer ensuite en Super Ligue.


De Ne Drehu à Losi, en passant par Paita, la concurrence était rude cette année, mais l'AS Mont-Dore a su la dompter


Des projets personnels pour l’an prochain, ou à moyen terme ?

Pour l’instant, la saison n’est pas finie. Autrement, je suis bien avec mes U18, on a un projet plus que viable pour l’an prochain. Après, je ne me cache pas que j’aimerais un jour réentraîner en senior comme à l’Olympique.


Des remerciements pour finir ?

Oui bien entendu. Déjà je remercie Cyril Bitaud, qui m’a fait venir au club et qui m’a proposé un projet et un cadre qui m’a permis de m’épanouir et de passer également le BMF. Je remercie également la présidente du club, Youri Chevalier mon adjoint, ma femme qui souffre un peu tous les week-ends (rire), mes joueurs qui ont fait le taf, puis mon gardien et capitaine, Gabin Rachel, qui nous a sauvé la mise à plusieurs reprises cette saison. Enfin une dernière pensée pour mes dernières années U18 qui nous quitteront en fin d’année.


Gabin Rachel (en haut), Kevin Menielle (2ème en partant de la droite) et les éducateurs de l’AS Mont-Dore, Sébastien Isch, Gilles Roy et Youri Chevalier


404 vues