encart%20publicitaire_edited.jpg

Pierre Bako : "Adli et Gouiri, ils étaient impressionnants !"


Jaimie Waimo, icône de notre télévision locale, devait nous faire le plaisir d'ouvrir ce nouveau volet "Interview". Malheureusement, pris par ses responsabilités il a dû repousser. Mais ce n'est que partie remise nous a-t-il assuré ! C'est donc avec un des espoirs du pays que nous lançons cette nouvelle rubrique. Et quel honneur de recevoir le plus jeune des frères Bako ! Il n'a que 19 ans, et pourtant le football lui a déjà donné l'occasion de s'exiler à Tahiti et en métropole. Lui qui a également participé à la Coupe du Monde U17 en Inde, il revient pour nous sur ces différentes aventures et sur sa saison en cours avec le Tiga Sport, dans un championnat qui s'annonce serré jusqu'au bout ! 



Pierre, merci de nous accorder un petit peu de ton temps. Tu es rentré en Nouvelle-Calédonie en juin. Déjà rassure nous, tu nous as pas ramené le coronavirus ?? (rire)

Pierre Bako : (rire) Non rassure toi, j'ai fait ma quatorzaine à l'hôtel, je suis sain et sauf !


Plus sérieusement, revenons un peu sur ton parcours, tu as débuté au FC Gaitcha c'est ça ?

Exact ! J'ai grandi sur Nouméa, donc j'ai fait toute mon école de foot au FC Gaitcha. Puis en minimes, je suis parti à l'As Wetr, où j'ai joué jusqu'en sénior, en étant régulièrement surclassé. Puis, il y a eu Tahiti pendant 1 an, retour à Nouméa à l'As Lössi, départ pour la métropole, et enfin retour depuis juin à Tiga Sport. J'en finis plus de bouger !


Effectivement, tu as la bougeotte ! Revenons sur ton expérience à Tahiti. Comment arrives tu là-bas ? Comment ça se passe ?

Je jouais à Wetr, surclassé en séniors, puis des dirigeants de l'As Central Sports (Tahiti) se sont rapprochés de mon père pour me proposer de faire la O'League et une saison sous leurs couleurs. J'imagine qu'ils m'ont repéré lors de matchs amicaux avec la Sélection de jeunes, à Tahiti. Je me suis dis que ça pouvait être une bonne expérience, donc j'y suis allé. Puis, c'était assez facile puisque je ne partais pas seul! Georges Bearune et Jacques Wamytan ont eux aussi été recrutés en même temps que moi pour faire la saison.


Et alors que retiens tu de cette expérience au Fenua ?

Y a du bon et du moins bon, comme dans tout ! Mais globalement, c'était la première fois que je partais du territoire, donc ça a été une bonne expérience. Là-bas, on était nourris et logés. On avait chacun notre studio, par contre on n'était pas rémunéré. Les autres travaillaient un peu à côté, moi, je ne pouvais pas, j'étais encore mineur. Ca laisse du temps pour s'entrainer ! (rire)


Après un court séjour à l'As Lössi, te voilà donc reparti pour la métropole ! Qu'est-ce qui t'as amené là-bas ? Dans quelle région as tu vécu ?

J'y suis allé pour le foot ! Après Tahiti, je me suis dit "pourquoi pas tenter l'aventure en métropole !". J'habite vers Poitiers, je suis parti rejoindre un de mes cousins qui jouaient au Poitiers FC en National 3, il y a quelques années.


Et alors, dans quel club joues-tu ? Quel est le niveau ? As-tu pu faire des essais avec des clubs professionnels ?

Je joue à l'ES Buxerolles, en Régional 1. Honnêtement, c'est différent mais je trouve que le niveau est légèrement inférieur à la Mobil Super Ligue. Je pense que la Mobil Super Ligue correspond plus à un niveau de National 3, pour les meilleures équipes en tout cas.

Et, non, je n'ai pas eu l'occasion d'aller faire des essais dans des clubs professionnels malheureusement ! Mais, je suis rentré à cause du Covid, j'espère pouvoir repartir faire encore au moins une saison en métropole.


Toute expérience est bonne à prendre, dans quels domaines penses tu avoir progressé ? Le pieds gauche ?? (rire)

Tu rigoles, mais oui en plus !! (rire)

Non, sinon, je pense surtout avoir progressé dans "l'impact", dans les duels. En métropole, dans les deux mètres qui entourent le ballon, c'est la guerre! Il faut mettre son corps, c'est très viril. Du coup, j'essaie de reproduire ça aujourd'hui en Super Ligue, mais c'est pas toujours très bien perçu, surtout par les anciens ! (rire)


Aujourd'hui, tu portes donc les couleurs de Tiga Sport. Comment ça se passe ? Quel analyse fais tu de votre début de saison ?

J'ai été très bien accueilli ! Ca fait que 3-4 matchs que j'ai intégré l'équipe. Le coach me fait jouer en sentinelle devant la défense. C'est un poste à responsabilités donc j'essaie de rendre au coach la confiance qu'il me donne.

Sinon, malgré notre grosse déception de ce week-end, nous faisons un bon début de championnat. La défaite contre Magenta a été un peu dure à avaler, mais on s'est relevé. On n'a pas encore joué contre Hienghène, et on compte bien prendre notre revanche vis-à-vis du week-end dernier! Sinon, on le sent bien ça sera un championnat qui sera accroché jusqu'au bout. Tant mieux, ça va faire monter l'adrénaline !


La Sélection Calédonienne, t'y penses ?

Bien sûr ! Ca serait un honneur. Mais chaque chose en son temps, ça viendra si ça doit arriver. Pour le moment, je suis encore U20, et il me semble qu'on doit avoir des matchs avec la Sélection U20 cette année.


Si on revient un peu en arrière, quel souvenir ferais-tu ressortir en premier de ton parcours footballistique ?

Sans hésitation, la Coupe du Monde en Inde avec la Sélection U17 ! C'était fou, surtout de jouer contre l'Equipe de France. On a quand même joué contre des joueurs comme Adli (Bordeaux) et Gouiri (Nice), qui sont titulaires aujourd'hui en Ligue 1 ! Et, honnêtement, c'était impressionnant, ils avaient tout : technique, physique..


Bon Pierre, passons aux choses sérieuses, dis nous en plus sur toi !

Tu trembles ? (rire)

Ahah, oui un peu (rire)


- Ta première qualité ?

Généreux !

Pas de souci, on saura s'en rappeler en soirée ! (rire)


- Ton plus gros défaut ?

Hmm, je dirais "mauvais perdant"..

Ahah, rassure toi, j'ai l'impression que c'est le propre de tout joueur originaire de Gaitcha !! (rire)


- Ta musique du moment ?

Kaneka, Maja !

Connais pas, c'est le David Guetta local ?


- Toi qui a été en métropole, plutôt pull à capuche/bermuda ou jean slim ?

Jean slim ! (rire)

Je me disais aussi.. (rire)


- Et, plutôt District ou The Room Club (boite de nuit de Poitiers) ?

District ! Je suis pas sorti en métropole..

Quel mytho... (rire)


- Bon, pour finir, la question à 100.000, c'est qui le plus fort entre toi et ton frère (Yohan Bako) ?

On joue pas le même poste ! (rire)

Ahah, bien joué, tu t'en sors bien ! (rire)


Merci pour ce moment Pierre !

Pas de souci, c'était avec plaisir !



L'avis de la rédaction (qui n'engage que elle !) :


Icica Pawawi (vice-capitaine du club de Gaitcha FC) :

"Pour ma part, il n'y a pas photo, je défends ma génération, le meilleur c'est Babazou !! (Yohan Bako) (rire). Non, sinon, il n'y a rien à dire, Pierre c'est un très bon joueur."


Bastien Antoine (co-entraineur du club de Gaitcha FC) :

"Pour l'avoir vu jouer quelques fois, c'est sûre que Pierre est un très bon joueur. Après, malheureusement, des bons joueurs comme Pierre il y en a plein en métropole ! Ce qui fait la différence aujourd'hui, et permet d'intégrer le monde du football professionnel, c'est la réelle plus-value que va apporter un joueur, ce qui le différencie des autres très bons joueurs. Dans le cas de Pierre, je dirais qu'il faut soit qu'il devienne un "marathonien" à l'image d'un N'golo Kanté ou d'un Blaise Matuidi, soit qu'il développe ses capacités musculaires en prenant 10 ou 15kg (de muscle de préférence! rire).

Après, ce qui est à relever dans ce que dit Pierre c'est la réelle difficulté des jeunes joueurs calédoniens, aussi bons soient-ils, à avoir un peu d'"exposition" au près du monde du football professionnel. En effet, en métropole, pour pouvoir se faire connaitre des clubs professionnels, il faut le plus souvent avoir recours à un "intermédiaire", un agent. Or, dans le cas de Pierre, lorsqu'il arrive en métropole, on sent bien qu'il ne sait pas trop où aller, à qui se présenter pour jouer à un bon niveau. Il fait donc au plus simple. Ce qui restera malgré tout une expérience humaine unique pour lui !

L'équipe de FootNC lui souhaite d'ailleurs toute la réussite possible dans ses futurs défis et le remercie encore chaleureusement pour son temps accordé."



Pierre ne cessera jamais de courir après son destin !





310 vues